La recherche en Sierra Leone : L'utilisation des vaccins a triplé en seulement trois jours

Au cœur de la Sierra Leone, une étude révolutionnaire a mis en lumière un accomplissement phénoménal : l'utilisation des vaccins a triplé en l'espace de trois jours. Cette victoire sur les défis logistiques de la livraison des vaccins a été obtenue grâce à un déploiement stratégique des vaccinateurs par bateaux et motos pour atteindre les zones les plus reculées.

Tandis que le monde plaide en faveur de la vaccination contre la COVID-19, les chercheurs envisagent d'étendre cette intervention de « dernière minute » à d'autres vaccinations vitales telles que la rougeole, la polio et le vaccin contre le papillomavirus humain (HPV). Leur réussite repose sur la combinaison des services de livraison des vaccins, garantissant une approche globale de l'accès aux soins pour les mères, les nourrissons et les enfants.

Dirigée par le chercheur principal Niccolo Meriggi, spécialiste de la microéconomie appliquée en Afrique subsaharienne, leur modèle pionnier présente un plan qui peut être aisément répliqué dans les régions rurales où les taux de vaccination sont faibles. Ils soulignent que l'accès équitable aux vaccins est crucial pour les pays en développement et sera déterminant pour le déploiement futur de vaccins contre la malaria et d'autres services de santé.

L'étude, intitulée « La livraison de dernière minute accroît l'utilisation des vaccins en Sierra Leone », publiée dans Nature, a sondé les habitants de 150 villes rurales situées en dehors du réseau des cliniques nationales. Non seulement leur modèle s'est avéré 76 % plus économique que les interventions traditionnelles, mais il a également fait tripler le taux de vaccination en l'espace de 48 à 72 heures.

Les vaccins ont été administrés lors de visites à domicile, de sites de vaccination mobiles fonctionnant de l'aube au crépuscule et de rencontres cruciales avec des dirigeants communautaires suivies de réunions plus importantes au sein de la communauté. La Sierra Leone a réussi à atteindre l'objectif mondial de l'OMS de vacciner 70 % de sa population adulte contre la COVID-19 d'ici décembre 2022, en surmontant les défis posés par les villages inaccessibles pendant la saison des pluies.

Dotés de subventions substantielles d'organisations américaines et britanniques, les chercheurs collaborent avec le ministère sierra-léonais de la Santé pour évaluer la faisabilité et le coût de leur modèle. Le déploiement initial comprend une gamme de services de santé allant des vaccins contre la COVID-19 aux vaccinations contre le HPV pour les filles âgées de 10 à 12 ans et aux vaccinations régulières pour les enfants de moins de six ans.

Dépassant de loin les paradigmes de recherche actuels axés sur les défis comportementaux individuels tels que la réticence à la vaccination, les auteurs mettent en avant le potentiel transformateur de la priorisation des services mobiles pour surmonter les barrières d'accès dans les pays en développement. Leur étude marque le début d'une ère où les services de santé peuvent transcender les contraintes géographiques pour bénéficier aux populations sous-desservies et favoriser des résultats sanitaires percutants.

Référence : <https://www.nature.com/articles/d44148-024-00088-9>

Comments

Popular posts from this blog

Apprendre les langues étrangères : Outils modernes et potentiel du ChatGPT

ChatGPT-4 reproduit l'animation GapMinder en une seule tentative

GPT-4 vs GPT-3.5 - Dévoiler l'avenir des modèles de langage de l'IA