Comment l’Inde peut devenir une puissance scientifique

Alors que se déroulent les élections générales de l'Inde, la nation se trouve à un moment charnière, prête à exploiter son immense potentiel et à émerger comme une puissance scientifique de tout premier plan. La plus grande démocratie du monde, avec près d'un milliard d'électeurs, s'apprête à tracer un chemin qui pourrait façonner l'avenir de l'avancement scientifique mondial.

Les réalisations impressionnantes de l'Inde au cours des dernières années ont posé les jalons de cette transformation ambitieuse. De la réalisation d'un atterrissage en douceur sur la Lune à devenir le premier producteur mondial de médicaments abordables, le pays a démontré sa compétence scientifique. Cependant, la véritable clé du succès de l'Inde en tant que superpuissance scientifique réside dans sa capacité à combler l'écart de financement et à libérer tout le potentiel de son écosystème de recherche.

Conscient de cela, le gouvernement indien a fait un pas décisif en établissant la Fondation nationale de recherche Anusandhan (ANRF), une agence de financement chargée de verser une somme vertigineuse de 500 milliards de roupies (6 milliards de dollars) aux universités et aux laboratoires au cours des cinq prochaines années. Il est essentiel de noter que 70 % de ce financement devraient provenir de sources non gouvernementales, telles que les philanthropes et l'industrie.

Ce changement d'approche dans le financement de la science en Inde témoigne d'un profond bouleversement. Traditionnellement, la charge incombe lourdement au secteur public, avec environ 60 % des dépenses de recherche provenant du gouvernement et des universités. En revanche, les économies avancées comme les pays de l'OCDE et l'Union européenne enregistrent une contribution beaucoup plus importante du secteur privé, qui représente jusqu'à 74 % et 66 % des dépenses de R&D, respectivement.

Le paysage économique florissant de l'Inde, avec des acteurs mondiaux dans des industries allant de la construction à l'informatique, représente une mine d'or inexploitée de potentiel. Ces entreprises, reconnaissant la valeur inestimable que les investissements stratégiques dans la science peuvent apporter, doivent être encouragées à s'impliquer davantage et à devenir des mécènes plus généreux de la recherche et du développement.

Le gouvernement entrant, quelle que soit son affiliation politique, doit saisir cette occasion pour forger un nouveau partenariat entre le secteur public et le secteur privé. En incitant et en facilitant une plus grande implication du secteur privé dans le financement de la science, l'Inde peut déclencher une vague d'innovation qui se fera sentir dans le monde entier.

En outre, cette approche collaborative doit s'accompagner d'un renouveau de l'accent mis sur l'autonomie du système de recherche. Les chercheurs déplorent depuis longtemps la négligence de la recherche fondamentale, et l'ANRF doit travailler sans relâche pour briser ces perceptions et cultiver un environnement où la recherche de pointe, axée sur la curiosité, peut prospérer.

Alors que l'Inde se tient au seuil d'une ère transformative, les choix faits au cours des prochaines années résonneront pendant des décennies. En alignant stratégiquement les ressources publiques et privées, la nation peut exploiter le potentiel illimité de sa communauté scientifique et émerger comme une puissance mondiale, redéfinissant les frontières de la connaissance et de l'innovation humaines.

Source : https://www.nature.com/articles/d41586-024-01088-3

Comments

Popular posts from this blog

Apprendre les langues étrangères : Outils modernes et potentiel du ChatGPT

ChatGPT-4 reproduit l'animation GapMinder en une seule tentative

GPT-4 vs GPT-3.5 - Dévoiler l'avenir des modèles de langage de l'IA