Dans un geste surprise, l'Iran libère les écologistes qui ont étudié les grands félins

Découverte de la Vérité : Des Conservationnistes Iraniens Libérés Après Six Années d'Odyssey

Un événement remarquable s'est produit, alors que l'Iran a libéré quatre membres d'un groupe de conservation qui étaient emprisonnés depuis six ans pour leur travail sur les grands félins menacés. Ce développement inattendu a non seulement apporté un soulagement aux personnes concernées, mais a également mis en lumière les défis auxquels sont confrontés les activistes de l'environnement dans la région.

Le groupe, qui comprend Niloufar Bayani, une scientifique de la conservation et ancienne consultante du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), et Houman Jokar, un biologiste, ont été arrêtés en 2018 avec cinq autres membres de l'équipe. Leur "crime" consistait à mener des recherches sur le guépard d'Asie et le léopard persan dans les parcs nationaux du pays.

L'arrestation de ces individus a déclenché une campagne mondiale, les organisations de conservation plaidant sans relâche pour leur libération. L'affaire a été un rappel brutal de la position précaire de ceux qui travaillent à la protection de l'environnement, l'Iran considérant leurs efforts comme une menace pour la sécurité nationale.

Morad Tahbaz, homme d'affaires et conservationniste possédant la citoyenneté américano-britannico-iranienne, qui faisait également partie des neuf personnes arrêtées, a exprimé sa joie à l'annonce de la libération de ses collègues, en disant : "Je suis incroyablement heureux pour eux. Nous avons tous beaucoup souffert de l'injustice qui nous a été faite."

Pendant leur détention, les conservationnistes ont vécu un véritable cauchemar, y compris l'isolement, des interrogatoires épuisants et des menaces de torture et de viol. Bayani, en particulier, a réussi à mener un projet de recherche, en interviewant d'autres femmes prisonnières politiques et en explorant la manière dont le changement climatique est perçu dans un État producteur de pétrole et de gaz comme l'Iran.

La libération de ces personnes témoigne de la persévérance et de la résilience de la communauté de la conservation, ainsi que d'un rayon d'espoir face à l'adversité. Cependant, l'histoire n'est pas exempte de tragédies, puisque le directeur de la Fondation du patrimoine de la vie sauvage perse, Kavous Seyed-Emami, est décédé en prison dans des circonstances mystérieuses peu après les premières arrestations.

Alors que le monde fait face aux défis urgents du changement climatique et de la perte de biodiversité, le parcours de ces conservationnistes sert de rappel brutal des risques et des sacrifices encourus par ceux qui sont en première ligne de la protection de l'environnement. Leur histoire souligne la nécessité d'un plus grand soutien et de solidarité internationales pour garantir la sécurité et la liberté de ceux qui sont dédiés à la préservation des précieuses ressources naturelles de notre planète.

Source : <https://www.nature.com/articles/d41586-024-01059-8>

Comments

Popular posts from this blog

Apprendre les langues étrangères : Outils modernes et potentiel du ChatGPT

ChatGPT-4 reproduit l'animation GapMinder en une seule tentative

GPT-4 vs GPT-3.5 - Dévoiler l'avenir des modèles de langage de l'IA