La science canadienne bénéficie de la plus forte augmentation de rémunération pour les doctorats et les postdoctorats depuis 20 ans

Dans un geste audacieux qui a fait vibrer la communauté scientifique canadienne, le budget fédéral de 2024 a apporté l'augmentation la plus importante des salaires des doctorants et des boursiers postdoctoraux depuis plus de deux décennies. Cette injection de fonds transformatrice devrait redessiner le paysage de la recherche canadien, positionnant le pays comme une puissance mondiale dans la poursuite de découvertes révolutionnaires.

L'annonce de la ministre des Finances, Chrystia Freeland, d'un investissement stupéfiant de 5 milliards de dollars dans la "ressource la plus précieuse du Canada", à savoir le "capital humain", a été accueillie avec enthousiasme. Les changements à grande échelle comprennent une augmentation significative de la valeur et du nombre de bourses fédérales, avec une augmentation des bourses de maîtrise de 17 500 $ à 27 000 $ par an, une standardisation des bourses de doctorat à 40 000 $ par an et une augmentation des bourses postdoctorales de 45 000 $ à 70 000 $.

Ce financement historique n'est pas seulement une aubaine financière; il représente un changement profond dans l'engagement du gouvernement à cultiver la prochaine génération de pionniers de la science. Kaitlin Kharas, une étudiante au doctorat à l'Université de Toronto et directrice générale de la campagne "Soutenons notre science", qualifie cela de "changement de game", déclarant : "Il soutiendra directement la prochaine génération de chercheurs et contribuera à retenir les talents dans le pays."

La concentration du budget sur la recherche fondamentale est tout aussi remarquable, avec un ajout supplémentaire de 1,8 milliard de dollars sur cinq ans consacré aux conseils fédéraux qui accordent des subventions de recherche. Ce flux de fonds, combiné aux investissements dans des infrastructures critiques telles que l'accélérateur de particules TRIUMF et les initiatives en matière d'intelligence artificielle, souligne la détermination du Canada à renforcer sa position en tant que plaque tournante de l'excellence scientifique.

Chad Gaffield, directeur général du Groupe U15 des universités de recherche canadiennes, salue vivement le budget, en déclarant : "Cela met vraiment l'accent sur le fait que le Canada est déterminé à prospérer au XXIe siècle grâce à la science et à la recherche." La création d'une nouvelle organisation de financement de la recherche "capitale" et d'un Conseil de la science et de l'innovation renforce encore l'engagement du gouvernement à optimiser et à rationaliser l'écosystème de recherche du pays.

Bien que certains aient mis en garde contre la nature échelonnée du financement, avec la majorité des augmentations prévues pour les années ultérieures, le consensus général est que ce budget marque un tournant dans la science canadienne. Alors que le pays se prépare à faire face aux défis et aux opportunités du futur, cet investissement historique dans les esprits les plus brillants et les idées les plus hardies du pays témoigne de sa détermination inébranlable à stimuler l'innovation et la découverte.

Source: <https://www.nature.com/articles/d41586-024-01124-2>

Comments

Popular posts from this blog

Apprendre les langues étrangères : Outils modernes et potentiel du ChatGPT

ChatGPT-4 reproduit l'animation GapMinder en une seule tentative

GPT-4 vs GPT-3.5 - Dévoiler l'avenir des modèles de langage de l'IA