Le DOJ scrute les sociétés d'IA rivales qui partagent des membres du conseil d'administration

Dans un geste qui pourrait avoir des répercussions importantes pour l'industrie de l'intelligence artificielle (IA) en pleine croissance, le département de la Justice des États-Unis (DOJ) a annoncé qu'il examinait si les sociétés rivales en matière d'IA, qui partagent des membres du conseil d'administration, pourraient être en violation des lois anticoncurrentielles.

Selon Andrew Forman, sous-procureur général adjoint pour la concurrence, le DOJ est "à l'affût des concurrents de l'IA partageant des membres du conseil d'administration" et est particulièrement concentré sur une action rapide pour faire respecter les règles alors que l'industrie est encore en développement.

Aux États-Unis, les interlockings directorats, dans lesquels des individus ou des entités siègent au conseil d'administration de deux concurrents ou plus, sont interdits par la loi anticoncurrentielle. Le DOJ s'inquiète du fait que de telles dispositions pourraient potentiellement étouffer la concurrence et l'innovation dans l'industrie de l'IA.

L'industrie de l'IA a connu une activité frénétique ces dernières années, de nombreuses sociétés cherchant à dominer un domaine en évolution rapide. Avec le potentiel de bénéfices importants, il n'est peut-être pas surprenant que certaines sociétés se soient tournées vers le partage de membres du conseil d'administration comme moyen d'obtenir un avantage.

Cependant, l'annonce du DOJ envoie un message clair selon lequel de telles dispositions ne seront pas tolérées. L'agence s'est engagée à s'assurer que l'industrie de l'IA reste concurrentielle et innovante et que les consommateurs ne soient pas lésés par des pratiques anticoncurrentielles.

L'industrie de l'IA est encore dans son enfance et il ne fait aucun doute que le examen du DOJ aura un effet refroidissant sur les sociétés envisageant de partager des membres du conseil d'administration. Cependant, il est également probable qu'il suscitera une innovation et une concurrence plus grandes, car les sociétés cherchent de nouvelles façons de gagner un avantage sans contrevenir aux lois anticoncurrentielles.

L'annonce du DOJ est un signal clair que l'agence prend au sérieux le potentiel de pratiques anticoncurrentielles dans l'industrie de l'IA. À mesure que l'industrie continue d'évoluer, il sera intéressant de voir comment le examen du DOJ façonne le paysage de ce domaine en pleine croissance.

Source: <https://news.bloomberglaw.com/environment-and-energy/doj-is-scrutinizing-rival-ai-companies-that-share-board-members>

Comments

Popular posts from this blog

Apprendre les langues étrangères : Outils modernes et potentiel du ChatGPT

ChatGPT-4 reproduit l'animation GapMinder en une seule tentative

GPT-4 vs GPT-3.5 - Dévoiler l'avenir des modèles de langage de l'IA